Le guide du sauna Le sauna, information et histoire. Le sauna un rituel immuable venu du nord.

L'histoire du sauna

L'histoire du sauna - Le guide du sauna

Le sauna est connu depuis des millénaires.

Il trouve son origine dans les pays nordiques et plus précisément dans la région de l’actuelle Finlande et Russie du nord ouest.

A l’origine, il était un endroit où l’on se lavait après une dure journée de labeur. Il était soit indépendant de l’habitation soit en faisait partie intégrante. Chauffé avec un poêle, une douce odeur de feu de bois s'y dégageait. On y trouvait une banquette ainsi que des baquets d’eau que l’on se vidait dessus en fin de séance pour éliminer saleté et sueur. 

Durant les périodes froides d’hiver, il était souvent une des seules pièces chauffées de l’habitation. C'était non seulement la pièce pour se laver mais également un lieu de réunion familiale. 

Cette double vocation a perdurée. De nos jours le sauna est très largement utilisé dans le cadre familial mais également entre amis et même entre relations professionnelles. Se retrouver nu, permet d’abolir les distinctions de classe et invite à l’humilité. Sans costume, l’homme d’affaire n’est guère différent de l’ouvrier. Les rapports hiérarchiques tendent à s’estomper même si, une fois la séance terminée, tout le monde reprend sa place. 

Le sauna en France

Le sauna en France - Le guide du sauna

Ce savoir vivre s’est exporté un peu partout dans le monde.

En France, le sauna traditionnel n’est pas encore très répandu chez le particulier. Pourtant sa mise en oeuvre ne nécessite qu’une alimentation électrique et un espace relativement modeste. Il existe en effet des modèles de 1,00 m x 1,00 m. De quoi gouter à ses bienfaits quotidiennement.

L’installation en elle-même n’a rien de très technique. Elle est à la portée de tout le monde même les non-bricoleurs. Dans le cas d'une cabine de petites dimensions,  la livraison se fait sous forme de 5 panneaux : 4 côtés + le toit. 

A noter au passage que seuls les versions fabriquées en Chine sont livrées avec un plancher… une aberration sur le plan de l’hygiène puisque le bois au sol se gorge d’eau, de bactéries et se tâche.  Le véritable sauna traditionnel de Finlande n’a jamais de plancher intégré. Le nettoyage sera plus simple et l’hygiène assurée. C’est d’ailleurs pour cette raison que dans les saunas publics, on ne trouve jamais de plancher en bois.  

L’assemblage des 4 côtés se fait par emboitement des panneaux. Des vis permettent de les solidariser solidement. Les banquettes sont vissées dans les parois aux hauteurs spécifiées dans la notice. Il est important de respecter ces hauteurs car c’est précisément à ces endroits que les cloisons ont été renforcées pour supporter le poids des banquettes et des personnes s’y asseyant.  

Le poêle se fixe lui aussi sur un des côtés. Le raccordement électrique se fait en amenant l’alimentation directement sur le bornier du poêle. A noter que pour des cabines d’une taille allant jusqu’à 4 m2 le poêle pourra être branché sur une source monophasée 230 V.  Au-delà le triphasé 400 V est en général requis. 

Notons enfin qu'une alternative à la version traditionnelle est le sauna infrarouge. Moins chaud il est apprécié pour être accessible à davantage de personnes. 

 

Sauna et thermes en Allemagne

 

Les thermes remontent à l’antiquité. C’était un endroit à la fois de socialisation, de détente et d’hygiène. On y venait pas seulement pour les bains d’eau, de vapeur et de chaleur mais également pour y faire des affaires et de la politique, de manière informelle.

Certains pays plus que d’autres ont gardé cette tradition des thermes. Chez nos voisins Allemands, les thermes sont extrêmement populaires. Ils sont généralement composés de plusieurs bassins d’eau à température variée, de hammams, de saunas, d’espaces  de relaxation et de jardins. On peut y passer une demi-journée voir même une journée entière puisque dans la plupart se trouve également un point restauration.  

Les saunas en nombre, au minimum une dizaine, proposent tous des ambiances différentes : Certains seront très chaud et sec (90°C) d’autres plus doux et plus humides (70°C). Dans certains centres thermaux des animations sont également proposées dans ces espaces. Par exemple une séance de relaxation au son de bol tibétains, des soins au miel, une expérimentation de méditation,… Ces animations attirent un grand nombre de personnes. Elles permettent de dynamiser et d’augmenter la fréquentation. 

Toutes les générations s’y retrouvent même si les moins de 25 ans y sont les moins nombreux.. 

Côté vestimentaire, chacun est prié de laisser sa pudeur aux vestiaires, le sauna se pratiquant intégralement nu. Celui ou celle qui restera en maillot se fera rapidement sermonné voire même expulsé s’il refuse de se dévêtir.  Le voyeurisme n’y a pas sa place et l’ambiance y est bon enfant. 

Si vous avez la chance d’habiter non loin de l’Allemagne ou si vous y voyagez surtout ne manquez pas d’expérimenter les thermes. Cela fait véritablement parti de la culture de nos voisins et mérite d’y passer quelques heures.

Sauna noir

Sauna noir - Le guide du sauna

Avez-vous déjà entendu parlé du sauna noir ou du bania noir (terme russe) ? Il s'agit d'une ancienne version du sauna traditionnel que l'on connait de nos jours.

Il se présente sous forme de construction en rondins ou madriers de bois massif. Il se trouve en général près d'un lac ou le long d'un cours d'eau. Sa particularité vient de son mode de chauffage. Ce dernier se fait à l'aide d'un poêle à bois en brique ou en pierre, sans conduit de fumée. Toute la fumée dégagée durant la combustion du bois se propage donc dans la construction. Bien entendu durant la combustion, il n'est pas utilisé pour ne pas périr asphyxié. Ce n'est que lorsque le bois s'est entièrement consumé que l'on vide le foyer de ses cendres et que l'on aère pour faire sortir la fumée. Tout est alors prêt à l'utilisation. La chaleur accumulée dans les pierres ou les briques du poêle peut maintenir la cabine à plus de 80°C pendant plus de 3 heures.

Evidement compte tenu de l'absence de conduit de fumée, l'intérieur est recouvert d'une couche de suie noire à l'odeur caractéristique. D'où l'origine du nom de ce type de sauna.

La proximité d'un point d'eau permet de se rafraichir et de d'enlever les traces de suie sur la peau.

Il existe encore de nos jours cette tradition en Finlande et en Russie. Elle a malheureusement tendance à disparaitre pour une question de commodité d'utilisation. Le temps de chauffe est en effet long et l'odeur de suie n'est plus vraiment appréciée. Les poêles électriques utilisés de nos jours permettent une montée en température bien plus rapide, souvent en une trentaine de minutes.

Sauna et villégiature

Le sauna traditionnel fait une percée remarquée en France. Venu du nord de l’Europe, il se démocratise et commence à équiper les particuliers. Côté professionnels du tourisme, la tendance est encore plus marquée. Il est de plus en plus rare de ne pas en trouver dans un hôtel haut de gamme. La présence ou non d’un espace bien-être est désormais déterminante dans le choix du lieu de vacances.

Et ce ne sont pas seulement les hôtels qui s’équipent. Les campings, les centres de vacances, les gîtes et maisons d’hôtes se mettent également à la page.

Pour les gérants de ces entreprises quelques précautions sont toutefois nécessaires : Les lieux recevant du public doivent être accessibles aux personnes à mobilité réduite (PMR). La cabine doit donc être équipée d’une porte à accès PMR suffisamment large pour le passage d’un fauteuil roulant et bien sûr sans seuil.

La plupart du temps le sauna s’intègre dans un ensemble d’équipements destinés au bien-être de la personne. Il peut être générateur de chiffre d’affaire si son accès est payant mais est généralement un des atouts pour attirer une clientèle plus haut de gamme et donc prête à payer ses nuitées un peu plus cher pourvu que le service soit de qualité. 

Le sauna nécessite en soi peut d’entretien. Un nettoyage quotidien du sol est la plupart du temps suffisant. Des règles d’utilisation doivent être clairement affichées pour maintenir l’installation propre. La mise à disposition d’une serviette de bain pour chaque utilisateur s’impose pour une question d’hygiène.

L'importance du poêle dans un sauna

Trop souvent négligé lors de l’achat d’un sauna, le poêle est pourtant essentiel. C’est tout simplement le moteur, la source de la chaleur. Tous les poêles ne se valent pas et le ressenti lors de la séance peut être très différente selon que la cabine est équipée d’un poêle standard ou d’un modèle plus performant.

Tout d’abord sur le plan de la robustesse, le poêle doit être doté d’une double enveloppe en acier. La première délimitera le réceptacle à pierres alors que la seconde, externe, permettra de limiter la température en cas de contact direct du poêle avec la peau.

Il faut également que les résistances soient conçues pour pouvoir encaisser la très forte variation de température qui se produit à chaque fois que l’utilisateur jettera de l’eau sur les pierres. Les résistances doivent donc être faites d’un acier spécial alliant à la fois résistance à la température mais aussi capacité importante de dilatation et de contraction.

Le réceptacle à pierres doit également être de taille suffisante pour accueillir les pierres. D’une manière générale, un poêle de 2,5 à 3,5 kw recevra environ 10 kg de pierres. De 4 à 8 kw se sera 20 kg.
La quantité de pierres a son importance en particulier pour obtenir des chaleurs humides. En effet plus il y a de pierres, plus il sera possible de jetter de l’eau. Le pouvoir d’évaporation est directement lié à la quantité de pierres.
C’est pourquoi depuis quelques années des poêles de très grande capacité de pierres sont apparus sur le marché. On peut trouver des poêles d’une puissance de 6 à 10 kW avec une capacité de 60 à 80 kg de pierre.
Dans un sauna équipé d’un tel poêle on peut élever l’hygrométrie à plus de 90% c’est à dire très proche de celle d’un hammam. Ces taux d’humidité élevés permettent de provoquer la sudation à des températures bien inférieures que dans le cas d’un sauna sec.
Ces poêles d’une grande capacité de pierres ont la particularité d’être en parti ouverts. Les pierres sont souvent placées derrière une grille métallique pour permettre une meilleure diffusion de la vapeur d’eau.

Pourquoi des pierres dans un poêle ?

Une question qui revient fréquemment ... A quoi servent-elles ? Pourquoi ne pas tout simplement avoir un corps de chauffe de type radiateur fermé ?

Depuis son origine il y a plus de 2000 ans le chauffage du sauna s’est fait en utilisant des pierres. Elles étaient placées autour du foyer ou au-dessus maintenues par une grille métallique. Leur rôle était d’accumuler la chaleur dégagée par le feu. Lorsque tout le bois était consumé, elles continuaient à diffuser par rayonnement la chaleur accumulée. Ce principe permettait d’économiser la quantité de bois nécessaire au maintient d’une bonne température dans la pièce.

Avec l’apparition des poêles électriques, l’utilisation des pierres a perdurée. Leur rôle d’accumulateur de chaleur est toujours une source d’économie d’énergie et permet de mieux réguler la température. La chaleur est constante et sans à coup.

Les pierres permettent surtout d’humidifier l’air en les aspergeant d’eau. Leur pouvoir d’évaporation est important lorsqu’elles sont chauffées. Cet apport d’humidité rend l’air moins sec et plus supportable. Cette variation d’humidité offre une importante palette de sensations. D’un air saturé d’humidité à une ambiance chaude et sèche, les adeptes du sauna peuvent ainsi varier les ressentis.

Les pierres sont en général de type granitique, d’origine volcanique. Elles doivent offrir une bonne résistance aux chocs thermiques et ne pas se morceler sous l’effet de la chaleur. Néanmoins au fil des utilisations et ce quelque soit leur qualité, elles finissent pas s’effriter, bloquant ainsi la circulation de l’air dans le poêle. Il est alors nécessaire de procéder à leur remplacement. Cette opération intervient environ tous les 20 ans pour un sauna utilisé à titre privé et tous les 2 ans pour un modèle processionnel

 

Câble d’alimentation électrique

 Le raccordement d’un poêle électrique dans un sauna pose souvent problème pour les personnes sans connaissances techniques en électricité.

Rappelons qu’en cas de doute il est conseillé de faire appel à un professionnel.

Le but de cet article est de préciser quelques points importants pour pouvoir utiliser sons sauna en toute sécurité.  

Avant de se décider pour tel ou tel modèle, il est important de s’assurer de la compatibilité avec son installation électrique. La puissance du poêle est toujours proportionnelle au volume. Plus ce dernier sera important et plus l’installation électrique sera spécifique.

Pour chaque modèle de poêle pour sauna, le fabricant est dans l’obligation de préciser les sections de câbles nécessaires. Par exemple pour un poêle d’une puissance de 8 kW, il est préconisé de le brancher avec un câble de 3 x 6 mm2 pour la version 230 V monophasée ou 5 x 2,5 mm2 pour la version 400 V triphasée.

Le câble devra être de type silicone pour résister aux fortes températures.

A noter qu’à partir d’une certaine puissance, généralement 9 kW, seul un raccordement en triphasé sera possible. 

La ou les lumières intérieures sont alimentées par un câble standard de 1,5 mm2 ou plus. Ce câble sera soit raccordé à une alimentation externe indépendante soit relié au boitier de commande extérieur du sauna.

Il est donc capital de bien se renseigner avant l’achat au risque de ne pouvoir finaliser l'instalaltion...

L'importance du poêle dans un sauna - Le guide du sauna